L’assurance au Blackjack

Au blackjack, vous allez avoir dans le déroulement du jeu une phase d’action. Cette phase arrive après que vous ayez misé et que vous ayez reçu vos deux premières cartes, qu’on appelle « main initiale ». Si ni vous ni le banquier n’avez pas de blackjack - nous rappelons qu’un blackjack, c’est lorsque votre main initiale est égale à 21 - alors vous passez à la phase des actions. Nous les avons décrites dans les règles du jeu, mais il y en a une sur laquelle nous voudrions revenir plus longuement, cette action, c’est l’assurance.

Nous allons la décrire un peu plus en détails et puis nous verrons pourquoi ce n’est pas un pari vraiment conseillé.

Détails du pari

Le pari de l’assurance est un pari qui ne représente habituellement pas le bon choix. Ce pari est sensé vous protégé contre un blackjack naturel du banquier. Il est possible de prendre l’assurance simplement dans un seul cas : uniquement si le banquier voit sa carte découverte - rappelons que le banquier reçoit une carte face cachée et une carte face découverte - être un as.

Alors vous pouvez prendre l’assurance qui va avoir un coût bien entendu. Le prix à payer pour s’assurer est de la moitié de votre mise initiale. Par exemple, si vous aviez misé 20€, alors l’assurance vous en coutera 10€.

Dans le cas où le croupier aurait vraiment un blackjack, alors vous perdrez votre mise initiale, mais vous gagnerez deux fois le montant de votre assurance. Donc si vous faites le calcul, cela fait que vous ne gagnez rien mais vous ne perdez rien non plus. Reprenons l’exemple. Vous avez misé 20€ au départ. Vous vous assurez ensuite pour 10€. Le banquier a un blackjack donc vous perdez vos 20€ mais vous gagnez deux fois 10€ et récupérez l’assurance, ce qui fait un total de 0€ au bout du compte, vous n’avez rien perdu.

Par contre, si le banquier n’a pas de blackjack, alors vous perdez l’assurance et vous continuez la partie comme si de rien n’était.

Baldwin l’a boycotté

Un détail qui a du attirer votre attention à propos de l’assurance, c’est le fait qu’elle ne soit pas dans le tableau de la stratégie de base. Effectivement, ce pari n’a pas été pris en compte par Baldwin car il considéré que le pourcentage de chance pour que le croupier face un blackjack était trop faible. En effet, cette probabilité n’est que de 4,8% ce qui n’est pas très important effectivement.

Uniquement pour les compteurs de cartes

En réalité, l’assurance, c’est un bon pari pour les joueurs qui savent appliquer la stratégie du comptage des cartes. En effet, si vous savez les cartes qui restent dans le sabot, cela veut dire que vous avez beaucoup de chances de deviner la carte qui sortira après et donc de savoir si le banquier a une forte probabilité de faire un blackjack ou pas.

Lorsque vous appliquez le true count, la règle dit que si vous êtes à un compte qui est égal ou alors supérieur à 3, vous devriez alors souscrire une assurance car beaucoup de petites cartes sont sorties du jeu et les chances de blackjack pour le banquier sont plus fortes.

Le b.a.-ba du blackjack en quelques minutes

Les articles ci-dessous vous permettront de maîtriser les notions essentielles au blackjack :